Le jour où ils l’ont accouché …

Ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux ont peut être compris que ce quatrième accouchement ne s’est pas déroulé comme je l’avais imaginé… à la dernière minute tout a basculé.

On m’avait «  fille = petite tête, tu vas la sortir sans soucis ». Après tout j’en ai déjà sorti trois sans trop de difficultés, celle-ci n’a plus qu’à prendre l’autoroute.

J’ai eu un travail tellement rapide cette fois, comme ceux qu’on voit sur baby boom, le genre de choses que je pensais impossibles chez moi qui travaille toujours 12 heures avec des contractions à la limite du supportables. Du coup ces trois heures de « fortes » contractions non régulières c’était du gâteau, j’ai même failli rentrer chez moi en pensant vivre une nouvelle fausse alerte.

Par curiosité j’ai tout de même demandé une vérification du col par la sage-femme, elle crie « 6 !!! », me jette dans un fauteuil roulant et courre vers la salle de travail. Elle craignait que mon hydramnios rompe ma poche des eaux d’une minute à l’autre.

Om m’installe dans la salle, trente minutes plus tard la péridurale est posée et je suis à 8 cm. 8 cm sans anesthésie ! J’étais tellement fière… mais pas assez téméraire pour tenter la délivrance sans  péri. Très vite après avoir percé la poche la sage-femme se rend compte que Cerise engage mal sa tête.

J’ai déjà eu ce cas pour le deuxième, on avait fini avec les spatules et tout s’était bien déroulé.

Je pousse, elle tire, je pousse, elle la retourne, la remue, et tire , tire. J’entends les ustensiles, je me rend compte que le temps passe … Le pédiatre arrive, elle ne m’inspire pas. Je regarde mon homme qui prend ma main pour me rassurer. Je ferme les yeux et je pousse, encore et encore…

J’entends une voix « allez on passe au bloc ». J’ouvre les yeux vers la pédiatre, je la fusille du regard. Dans ma tête je lui hurle dessus en lui disant « dégage et laisse-moi sortir mon bébé moi-même ! ». Elle s’adoucit en s’excusant, mon médecin m’encourage une dernière fois « on y est presque, poussez encore… » On y a cru jusqu’au bout toutes les deux…

Les secondes suivantes sont flous, on me change de lit, je supplie mon mari du regard (« sors moi de là »), il est perdu. Le reste du trajet je le passe les yeux fermés en pleurant comme une enfant. Je veux me réveiller, ils ne peuvent pas faire ça …

La césarienne n’a jamais été une option envisageable.  Je suis quand même une poule pondeuse chevronnée, pourquoi au quatrième ?  De toute la grossesse, c’est LE moment que j’aime le plus. Sans parler de ma phobie pour tout ce qui est sang, cicatrice, opération, organes … Ils allaient m’ouvrir le ventre en deux !!!

Je ne savais pas non plus quand je pourrais récupérer ma fille, faire le peau à peau, si je serais complètement endormie, si j’allais sentir la douleur…

Un infirmier reste de mon côté du rideau bleu. Les médecins passent chacun leur tour me réconforter, me déculpabiliser et s’excuser eux même. Je vois l’échec sur le front de mon médecin, elle est dégoûtée.

L’infirmier me demande comment je me sens, je suis terrifiée, j’ai envie de vomir. Je lutte pour ne pas faire un malaise, sur mon ventre je sens qu’on commence l’opération, j’attrape sa main : il est surpris mais me rend la pareille. J’imagine que c’est mon mari. Est-ce qu’il est seul ? A-t-il aussi peur que moi ? Je sens qu’on tire, je la sens passer mais je ne l’entends pas pleurer. « Ca y est, elle est partie en soins ». Je me laisse aller, on me l’amène pour un rapide baiser, j’ai le temps de lui glisser notre premier « je t’aime ». J’ai froid, tout mon corps tremble : surement l’anesthésie…

J’essaie d’évaluer le temps qui passe, de penser à autre chose que ces médecins entrain de recoudre mon intérieur pendant plus d’une heure.

« je ne pourrais plus jamais regarder mon corps »

« Il va me trouver laide maintenant »

« pourvu qu’ils n’oublient pas des compresses ou autre chose en recousant »

« mon corps est ouvert en deux »

Je passe ensuite en salle de surveillance, mon homme me rejoint, il a vu notre fille, elle va bien, il sourit…

C’est bon !

J’ai eu l’impression qu’on m’annonçait la mise à mort de mon accouchement.  La compassion des médecins m’a tellement touchée, même les jours suivant les sages-femmes qui ont entendu parler de notre accouchement ont pris soin de nous. Je n’ai eu ma fille que deux jours plus tard, elle avait eu une souffrance respiratoire. Les retrouvailles que je redoutais se sont merveilleusement bien déroulées. J’ai retrouvé ma place de maman et l’allaitement s’est installé très vite.

Aujourd’hui j’ai besoin de mettre cette soirée au propre pour dire qu’il faut quand même s’y préparer au cas où … Aujourd’hui je le prends plus légèrement en me disant  que cela me fait une expérience de plus. J’ai l’impression d’avoir un peu ratée notre rencontre à cause de l’isolement en néo natalité mais on se rattrape tous les jours depuis.

naissance par césarienne

Voilà pour la petite histoire, notre Cerise est née à J-9, 50 cm pour 3.600kg.

Advertisements

32 réflexions sur “Le jour où ils l’ont accouché …

  1. Oui c’est vrai que toutes éventualités doit être envisagée, mais rien n’empêche de rester optimiste comme tu l’as été ! Le plus important c’est que ta fille soit en bonne santé et que vos retrouvailles se soient bien passées 😉 et puis…ce sont nos enfants qui choisissent leur manière d’arriver parmi nous, et même si c’est pas comme on l’avait imaginé, il y a une raison à ça.

    J'aime

  2. Qu’elle est belle et un prénom à croquer toutes mes félicitations encore pour ce beau bébé
    Pour en revenir à ton accouchement c’est vrai que personne ne pense aux soucis à la naissance moi ça a été l’inverse c’est mon premier pourtant la césarienne a été programmée mais voilà un problème génétique indécelable et on t’enlève ton enfant pendant 9 mois soit une double grossesse j’étais pas prête à vivre ça, et malgré un personnel très compétant et prévenant j’ai du partager mon enfant pendant tout ce temps j’avais qu’une peur qu’il sache plus qui est sa mère
    Mais aujourd’hui malgré tout je reconnais que l’équipe médicale a fait un super boulot car il a toujours été tendre et câlin et c’est aussi un peu grâce à eux alors oui on ne prévoit jamais rien mais au final quand on regarde notre enfant on oublie les petites peines et frustrations et heureusement qu’on ne sait pas parce que sinon je suis pas sure que j’aurai accepté ce parcours
    En tout cas oublies tout ça, ta puce est juste sublime alors profitez de cette rencontre ❤
    Bises
    Martine

    J'aime

  3. tu m’as fait pleurer… C’est des sentiments que je connais, c’est horrible 😭😭😭… On a même pas son homme à côté c’est juste inconcevable… Moi c’était mon premier accouchement et j’ai mis quelques années à l’accepter car je n’avais pas été préparé à cette option … L’allaitement m’a sauvé mon « titre » de maman ☺️
    Pour la deuxième ce fut « programmé » et ce fut que du bonheur!!!! Cela m’a réconcilié avec la césa, même si je ne connaîtrais pas l’accouchement naturelle je me suis fais une raison, là papa était avec moi, on l’a découverte ensemble, fait du peau à peau et une tété de suite…seulement 2h de séparation et la montée de lait en 1journée !!!!! 💗💗💗

    J'aime

  4. c’est un joli récit malgré tout.
    Je « comprend » ta déception, la césarienne m’angoissai énormément pendant ma grossesse, mais je n’en ai pas eue. Par contre je n’ai pas eu la péridurale, et ce n’était pas un choix, et je n’y etait pas du tout préparée, j’ai survécu malgré l’horrible souffrance, mais je recommencerai pour le 2ème 😁

    J'aime

  5. Poulala tu m’as fait pleurer!!!
    Malgré la difficulté des instants, tu as si trouver ta place de maman auprès de Cerise A. et c’est le plus important. Je vous souhaite bcp de douceur et d’amour à venir!

    J'aime

  6. Comme je me retrouve dans ton récit ! Le premier est né par voie basse, au deuxième j ne vois pas ce qui changerai… Je prends rendez-vous avec l’anesthésiste un peu tard, un oubli de ma part… On est à trois semaine de l’accouchement. L’anesthésiste m’annonce que j’ai un taux de plaquettes trop bas pour faire la péri. Vu que je n’ai pas le choix, je me fais à l’idée, je me prépare comme je peux psychologiquement, je peux le faire de toute façon je n’ai pas le choix. Sauf que 6 jours plus tard, appel de mon gynéco, paniqué, il vient de recevoir mes analyses de sang et le compte rendu du rdv anesthésie. Impossible d’accoucher si le taux de plaquettes ne remonte pas ! Je suis en dessous du seuil critique: risque d’hémoragie pour moi (et donc de mort) et hémoragie cérébral pour le petit. Rendez-vous en urgence à l’hôpital de jour, je me retrouve au milieu des personnes en chimio-thérapie, 2 jours de transfusion non stop de 7h à 19h, on me perfuse des plaquettes, résultat j’en ai encore moins après transfusion, incompréhensible ! Moi je me dis que c’est pas possible ! Elles partent où ??! Le soir du deuxième jour de perfusion, je suis remonté, légèrement mais assez pour que l’ématologue et le gynéco prennent la décision de programmer une césarienne sous anesthésie générale le lendemain. J’étais au bloc à 8h le lendemain matin. J’ai apssé deux heures en salle de réveil. L’homme est resté seul avec le petit à qui on faisait prise de sang sur prise de sang, à la question pourquoi ? Une pédiatre a eu le tacte de lui répondre « hémoragie cérébral pour l’enfant, il faut s’assurer qu’il n’est pas le même sang que la maman » c’était son premier, pas très délicat. Je n’ai pas vu passer cette dernière semaine, où on a pris toutes les décisions à ma place, on m’a dicté mes horaires, je n’ai pas pu rentrer à la maison entre la dernière journée de transfusion et la césa. Le dernier jour de transfusion, je devais théoriquement amener mon premier à l’aéroport de Bruxelles où son papa l’attendait, L’homme l’a amené pour moi, c’est le coeur déchiré que j’ai du lui dire au revoir à l’hôpital. Et comme toi, l’accouchement est le moment que je préfère de la grossesse, pousser, avoir mal certes, mais pour un résultat qui vaut la peine. 9 mois maintenant et je le regretterai toute ma vie, j’y pense souvent, dur d’oublier, même si on est tout les deux en bonne santé maintenant. Je regrette ces moments d’attente à deux dans la salle d’accouchement, la complicité qu’on peut avoir avec le papa à ce moment là. Pousser, encore… Pour toi si il y a un 5ème l’accouchement voie basse n’est pas à exclure. Ici je sais que si 3ème il y a, ce sera de nouveau césarienne, sous AG car mes plaquettes me jouent des tours à chaque fin de grossesse (j’avais été beaucoup moins bien encadré en Suisse où j’ai accouché du premier, ça aurait pu très mal finir, à l’époque on m’avait pas expliqué les risques). Alors je te comprends, je compatis, je sais ce que tu ressens. Se faire une raison, il n’y a que ça, moi ça me prendra du temps, surtout quand on parlera du 3ème.

    J'aime

  7. Ah ben alors, cette Cerise ne voulait pas faire comme ses frères ^^ J’ai évité de peu la césar’ pour Chaton et comme toi, je voyais ça comme un échec.
    Le principal c’est que vous alliez bien toutes les 2 et ça me semble le cas : Cerise est la plus belle des petites filles (bon d’accord elle partage le trône avec la merveilleuse Rose de Natacha ;p )

    Bisous à vous tous

    J'aime

  8. je me retrouve tellement dans ton récit de césarienne… dur dur à accepter même encore 2 ans et demi après sachant qu’il sera mon seul accouchement

    J'aime

  9. Merci pour ce texte. Je n’ai pas encore osé écrire le mien est pourtant j’en meurs d’envie, elle est la troisième, elle a 14 mois et je n’ai pas accepté mon accouchement. Il n’y a pas eu césarienne (et j’aurais réagis comme toi, je pense) mais il y a eu beaucoup d’autres choses, qui seront gravé en moi, et pourtant avec les premières tout était si beau, j’étais amoureuse de cette rencontre, de ce moment… ce n’est pas facile, bravo pour ce billet, vraiment

    J'aime

  10. tu m’as beaucoup ému, c’est vrai que pour moi aussi ce n’était pas une chose envisageable, j’adore aussi accoucher alors je compatis mais le principal maintenant c’est que vous alliez bien toutes les deux!
    bisous

    J'aime

  11. Dis toi que vous êtes sûrs d’avoir tout tenté, que tu as tout donné, qu’il n’y a aucun échec dans tout cela et que maintenant vous vous portez mieux toutes les deux. Ta petite Cerise s’est faite désirée jusqu’au bout du bout, maintenant il n’y a plus qu’à la couvrir de bisous (et de faire attention à toi pendant ton rétablissement). Et tu sais, tu seras toujours canon, même avec une cicatrice 😉

    J'aime

  12. Cet article exutoire pourrait bien être le mien… J ai ressenti beaucoup de sentiments identiques.
    Mais il faut te dire qu ils ont fait au mieux pour ta Cerise…
    Pour le mien, il est né plus de 6 semaines trop tôt… Le travail ne se faisait pas… et quand « ils me l ont accouché » il avait le cordon autour du cou (2 tours)… donc la césa lui a sauvé la vie!!!
    Bref je te passe la douleur affective de la séparation, la douleur de cette cicatrice (qui de temps en temps est encore douloureuse aujourd hui 8 ans après…)
    Mais l essentiel c est que cela devait être fait ainsi pour le bien être de nos amours…
    Repose toi bien et profite de chaque instant avec ta tribu.
    Des bizouxxx

    J'aime

  13. En lisant ton récit, j’avais peur de la fin du déroulement. Heureusement Cerise est là en bonne santé, c’est ce qui compte. Je me doute bien que la césarienne n’a pas été une partie de plaisir !
    Je te souhaite tout le bonheur du monde avec toute ta famille et j’en profite pour te souhaiter une excellente année 2015 ! Repose toi (quand tu peux !) et profite de tous ces moments de bonheur !

    biz

    J'aime

  14. Pour commencer : félicitations !
    Je me reconnais bien dans ton article dont le titre me parle beaucoup ! Je n’étais pas non plus préparée à la césarienne et ça a été (heu c’est toujours d’ailleurs) un choc. J’ai également mal vécu de ne pas avoir pu accoucher.
    C’est bien que tu puisses le prendre mieux avec du recul !

    J'aime

  15. c’est vrai que parfois, cela ne se passe pas comme prévu…ca a été mon cas aussi pour ma princesse
    arrivée à la maternité pour une visite de controle 15 jours avant terme, je ne suis pas retournée chez moi, rythme cardiaque de bb pas terrible, plus beaucoup de liquide;;;MAIS aucun signe d’accouchement imminant..le couperet tombe ou ça vient tout seul ou déclenchement deman matin, et ai ça vient pas on va la cherche en hait du tobogan…pleurs, j’ai peur, pas envie de tout ça
    un tour en ville, suffise à lançer le travail 19h salle d’accouchement à 5cm je demande péri…pas le temps 19H35 elle était là, ouch mais trop fière

    J'aime

  16. Moi aussi de toute la grossesse c’est « LE » moment que j’aime le plus ! Je pensais être la seule, tu viens de me rassurer…J’ai toujours redouté aussi la césarienne… Ta petite princesse est là et toute belle c’est le plus important! Plein de bonheur pour la suite ❤

    J'aime

  17. Je fais partis de ses mamans qui lisent dans l’ombre. Mais aujourd’hui ton récit m’a tellement bouleversé que j’avais envie de t’écrire un petit mot. C’est exactement la même chose qui est arrivé pour mon 1er. Il avait mal positionné sa tête. Et jusqu’au bout j’y ai cru. Je pensais tellement accoucher « normalement ». Et pendant la préparation à l’accouchement, la sage femme ne m’a jamais préparé à une possible césarienne. Bref, je l’ai mal vécu pendant des mois. Pour moi je n’avais pas accouché mais on m’avais sorti le bébé de mon ventre. Meme 8 ans après, j’en ai pas encore fait totalement mon deuil. Avec mon 2eme j’ai encore eu une césarienne mais la je m’y était beaucoup préparé ainsi qu’avec ma petite dernière. Tu verras, les premiers temps sont un peu dur car on a l’impression d’avoir loupé son accouchement ainsi que les premiers moments de vie de son bébé. Mais avec le temps et surtout l’amour de ton bébé ainsi que les grands frères et le papa, cette tristesse disparaîtra. Je te souhaite bonne continuation et au plaisir de te lire bientôt…

    J'aime

  18. Moi qui ait eu une césarienne pour le premier et espère plus que tout passer à côté pour la seconde, je ne peux que comprendre ce que tu ressens et ce que tu as ressenti sur le moment.
    Ton récit m’a beaucoup émue, je vous souhaite le meilleur, à toi et toute ta famille, profite de ta fille ❤

    J'aime

  19. tu fait bien de coucher tout, il faut que tu t’en souviennes de toutes façons parce que ça fait partie de votre histoire à toi et Cerise. C’est vrai que comme ça tu auras tout connu, il faut voir le côté positif 🙂 En tous cas ta Cerise, pardon votre Cerise, elle est parfaite comme elle est. Encore félicitations pour ces 4 accouchements et ces 4 magnifiques enfants. Pour moi tu es une héroîne (et Dieu sait que j’en ai pas beaucoup), quelque soit la manière dont s’est passé ton quatrième accouchement. Et puis je vais te dire pour en avoir baver avec ma poupette pour la mise en place de l’allaitement (tout petit bébé, beaucoup de stress), le fait que ton allaitement soit bien mis en place et que Cerise pousse à merveille et soit merveilleusement jolie à croquer, c’est ça ta récompense d’avoir du faire le deuil rapide d’un quatrième accouchement voix basse.
    Gros gros bisous belges, beucoup de bonheur pour vous 6.
    Hélène

    J'aime

  20. Pfff les larmes aux yeux, je crois bien que j’ai vécu ton accouchement avec toi pour le coup…
    J’attends bébé 2 pour fin avril et j’avoue, je ne sais pas comment je réagirais si ça m’arrivait…
    Mais j’avoue je flippe plus pour cet accouchement que pour mon 1er…
    En tout cas félicitations, votre princesse est magnifique !

    J'aime

  21. ton recit le rappelle mon atroce 1er accouchement. Une cesarienne non programmee… L’impression de m’etre fait voler mon accouchement. Tous les details quebtu recontes je les ai connus… Subis… Heureusement mon 2eme accouchement etait un reve. Ca a effacé un peu ma tristesse de cette cesarienne. Tkt pas ca va passer

    J'aime

  22. Piouf que demotions ton article! Je comprends tellement ta panique lors de lannonce de la cesarienne. Cest un choc soudain presque un traumatisme. Et cette separation davec le papa et le bebe cest cruel envers la maman…
    Le plus important cest qu aujourdhui tout aille bien pour vous.
    Merci pour cet emouvant temoignage

    J'aime

  23. Moi à l’inverse je devais accoucher par césarienne (placenta bas inséré puis dit praevia) , à la dernière écho , il y avait une ouverture , j’ai accouché normalement sans péridurale(un choix) mais avec une très forte anémie….perfusions et tranfusions de plaquettes…
    une amie a accouché normalement il y a 15 jours , problèmes respiratoires pour bébé , il n’a pas survécu , c’est horrible 😦

    J'aime

  24. Pas besoin de te dire combien je compatis, bien que les circonstances n aient pas ete les memes, vu qu on ne ma pas laisse avancer dans le travail et que j ai recu une anesthésie générale. … j ai mis 6 mois avant d oser regarder et toucher cette cicatrice. Et beaucoup plus a accepter (si on y arrive un jour) cette naissance…. heureusement ma 2eme est venu reparer un bout de tout ça en m offrant un supperbe accouchement… courage a toi 😉

    J'aime

  25. j’ai suivi ton blog avant même de savoir que le 4ème sera une fille mais avec ton « récit » » de 3 accouchements sans trop de soucis, je me suis dit tiens la 4ème ça va être césarienne, je sais même moi, j’en ai marre d’avoir raison ;o)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s