Accepter de l’aide pendant sa grossesse

C’est un fait cette quatrième grossesse met à mal ma patience (oui j’en ai un peu) et mon organisme. Il y a parfois des jours où je ne peux même pas me mettre debout sans frôler le malaise. Pour mon troisième bébé ma mère me répétait déjà « prend une aide-ménagère, demande de l’aide« . Oui mais quand on ne sait pas lâcher prise, qu’on est têtue comme une mule et qu’on préfère se débrouiller seule, demander de l’aide à une inconnue pour récurer sa cuisine demande une certaine dose d‘humilité.

Pour cette grossesse j’ai du mal à garder la tête hors de l’eau. D’habitude le linge commence à s’entasser au huitième mois… Là je pense qu’il a commencé à s’entasser dès le début. Les enfants écrasent des gâteaux sur le canapé, l’apprentissage de la propreté chez le deuxième cause des accidents : linge sale, serpillière à passer etc… Sans compter sur son petit frère pour marcher pile dans la flaque! Bref en ce moment je sens bien que j’ai fait mes trois garçons bien rapprochés. Seul le grand est plus autonome et patient… ce n’est pourtant pas le dernier en matière de saleté …

Et puis il y a eu ces douleurs ligamentaires qui m’ont fait freiner la cadence, impossible de continuer mes allers retours à pieds pour l’école. Pourtant il faut bien qu’ils y aillent … Mes copines du web m’ont alors expliqué comment dans leur situation elles ont eu le droit à de l’aide à domicile (grrrrr).

Je me suis donc résolue à faire la démarche, plus pour les enfants que pour moi d’ailleurs.

  • Dans un premier temps je suis allée à la CAF pour leur demander mon quotient familial, et pour connaitre les conditions en bénéficier:

– naissance ou adoption d’un ou de plusieurs enfants à charge au foyer
– séparation des parents (divorce, séparation, incarcération) ou décès de l’un d’eux
– décès d’un enfant
– accompagnement à la reprise d’emploi ou à la formation professionnelle de l’un des parents
  – famille nombreuse
  – grossesse, dont grossesse pathologique 
– maladie ou hospitalisation de courte durée d’un parent ou d’un enfant
– maladie de longue durée d’un parent ou d’un enfant

La conseillère m’a également fourni les numéros des associations qui collaborent avec la CAF.

  • J’ai contacté une association qui a pu me dire au téléphone quel serait ma participation financière (calculée avec le quotient familial de la CAF), suite à cela un premier rendez-vous a été pris. Une responsable est venue voir quels étaient nos besoins. Dans notre cas : transport des enfants et un peu de ménage. Elle a établi le nombre d’heures nécessaires et m’a envoyé le devis en 48h.
  • Une semaine plus tard nous recevions la première visite d’une de nos deux aides ménagères. Très douce, bon contact avec les enfants, je n’ai vraiment pas ressenti d’intrusion dans ma vie intime, et c’est un point que j’apprécie énormément.
  • Les plannings sont fait toutes les semaines et je suis libre de donner mes besoins et disponibilités, encore une chose sur laquelle je suis satisfaite car j’avais peur qu’on m’impose des horaires non adaptés à ma fatigue.

En règle générale durant une grossesse nous avons le droit à une centaine d’heure réparties sur six mois. Dans mon cas, avec quatre enfants de moins de dix ans ces six mois seront renouvelables. Et je ne ferme pas la porte à l’idée d’avoir un soutien ménager quelques temps après la naissance de Cerise. Cela me fera un peu moins de travail et m’offrira plus de sérénité pour allaiter tranquillement.

C’est vraiment un luxe que l’on nous offre, parce que notre participation est vraiment dérisoire à côté du tarif plein. C’est aussi un stress en moins de se dire que deux fois par semaine le ménage est fait correctement, parce qu’avec des enfants il faut quand même une certaine hygiène et ils ont le don pour qu’en une journée la maison parte en cacahuète !

J’ai de la chance d’être tombée sur deux femmes qui aiment papoter, c’est plus sympa qu’une femme de ménage qui fait limite la tête pendant deux heures. Un petit café en discutant bébé et loisirs c’est agréable pour tout le monde. J’espère que la bonne entente va durer.

Voilà j’espère que cet article pourra éclaircir un peu les démarches à faire , pour celles qui se posent la questions. Même si vous avez un doute sur le fait de remplir les conditions: demandez tout de même à la CAF, on ne sait jamais, il y a un tas de détails qui rentrent en compte.

Si vous y avez déjà eu recours: plutôt satisfaite ou non ? 

Publicités

7 réflexions sur “Accepter de l’aide pendant sa grossesse

  1. Pingback: Accepter de l'aide pendant sa grossesse | Tout ...

  2. Bravo, je n’arrive pas à faire ce chemin, même si on m’en parle régulièrement. Ce n’est « que » ma troisième grossesse rapprochée avec les ennuis de thyroïde, mais je n’arrive pas à franchir le cap, je ne supporte pas d’être à la maison et de ne pas réussir à en assumer les tâches…

    J'aime

  3. Ici j’ai jamais osé , je me sentirai mal de la regarder faire pourtant y a des moments où je n’avais pas le droit de trop bouger! Et avec mon 4 eme il a eu des soucis et pleurer presque H24 c’etait bagdad ici j’aurai du prendre cette aide si il y a avait un 5 eme peut etre mais pour le moment ce n’est pas dans nos projets j’adore mon boulot don avec 5 ça ne serait plus pareil et je ne voudrai pas rompre les liens avec mon 2 ans qui tete encore

    J'aime

  4. J’hésite à franchir le cap mais plus pour des questions financières que pour des problèmes à laisser ma maison à quelqu’un … mais qui sait, un jour peut être. Contente pour toi que tu es réussi à te décider par contre, profites en pour reprendre des forces♡

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s